Vie de Marie-Julie Jahenny

Marie-Julie Jahenny naquit le 12 février 1850 à Blain (Bretagne). Sa mère la consacra de suite à la Sainte Vierge, elle fut baptisée le lendemain de sa naissance, un mercredi des Cendres.

Marie-Julie avait trois ou quatre ans lorsque la famille Jahenny vint se fixer à La Fraudais. Dès son plus jeune âge, elle eut un grand amour de la prière et de la Croix, elle s’imposait de redoutables mortifications à l’insu de ses parents.

L’enfant n’eut que 6 mois d’école. À 16 ans, elle fut placée au service d’une famille, mais sa faible constitution ne lui permit d’y rester que 6 mois, ce fut suffisant pour édifier ses maîtres.

Si rien de transcendant n’appelait sur elle l’attention avant sa stigmatisation, son confesseur et ceux qui la connaissaient n’en furent pourtant pas étonnés : « On voyait bien qu’elle n’était pas comme les autres… »

La vie mystique de Marie-Julie

Le 6 janvier 1873, pendant la grand’messe, Marie-Julie se sentit extrêmement fatiguée. Le médecin hésite : cancer de l’estomac ou tumeur scrofuleuse… Le 15 février, il la déclare perdue, elle reçoit l’Extrême-Onction.

Le 22 février on attend son dernier soupir, elle perd connaissance, puis, revenant à elle : « Ne pleurez pas, dit-elle, je ne mourrai pas, j’ai vu la Sainte Vierge qui m’a annoncé ma guérison pour le 2 mai à trois heures du soir ». La Sainte Vierge était vêtue de blanc et s’appuyait sur une grande croix blanche, elle lui annonce des souffrances et lui promet de revenir.

Le 15 mars, la Sainte Vierge lui demande avec douceur si elle veut accepter les plaies de son Fils, et aussi de souffrir le reste de sa vie pour la conversion des pécheurs ? « Oui ma Bonne Mère, si mon Jésus le désire, je me soumets à sa Volonté. — Ma chère enfant, ce sera ta mission. » Marie promet de revenir le jour des Saintes Plaies avec son cher Fils.

La stigmatisation eut donc lieu le 21 mars 1873 en présence de nombreux témoins. Notre Seigneur lui apparut avec ses cinq plaies lumineuses d’où, successivement, partit un rayon qui vint frapper les mains, les pieds et le côté de Marie-Julie, y laissant les marques de la crucifixion ; le sang coula ; Marie-Julie annonça qu’il coulerait de nouveau le vendredi suivant. À une heure de l’après-midi elle commençait son premier chemin de Croix. Depuis ce jour jusqu’à sa mort, tous les vendredi elle vivra la Passion de Notre Seigneur. Elle reçoit la couronne d’épine le 7 octobre suivant et la plaie de l’épaule le 25 novembre.

Peu après, la Sainte Vierge lui annonça une grande faveur : « Elle sera l’épouse de Jésus » Cette alliance mystique fut fixée au 21 février 1874. En ce jour, un anneau se forma sur l’annulaire de Marie-Julie, devant les témoins officiellement choisis par l’évêque. Comme beaucoup de grands mystiques, Marie-Julie connut l’inédie ou jeûne total miraculeux, sans aucun aliment, ni solide, ni liquide, la Sainte Communion suffisant à la soutenir. Une première fois ce miracle dura 94 jours, elle l’avait annoncé d’avance comme elle le fit pour la seconde période qui durera 5 ans, 1 mois et 22 jours à partir du 28 décembre 1875.

Après sa stigmatisation, la vie de Marie-Julie ne sera qu’une succession de faits surnaturels : communions miraculeuses et guérisons inexplicables… visions célestes et prophéties sur l’avenir de l’Église et de la France… cantiques spirituels, où se cachent, sous de poètiques images, les réalités d’une haute mystique…

Dans la cellule de la stigmatisée, d’innombrables visiteurs reçurent aussi grâces et réconfort : guérison des corps et conversion des âmes… vocations annoncées ou confirmées… immolations acceptées…

Dès juin 1880, et pendant quatre longues années, Marie-Julie fut privée de l’ouïe, de la parole, de la vue et de l’usage de ses membres. Cependant, sourde elle entendait et comprenait la parole du prêtre lorsqu’il lui parlait en latin, elle qui n’avait aucune instruction ; privée de l’usage de la parole, dans ses extases sa langue se déliait ; aveugle, elle voyait les apparitions du Ciel, ce que manifestait alors la beauté et la vivacité de son regard ; frappée de paralysie, chaque vendredi pendant une heure elle pouvait faire son chemin de Croix.

Marie-Julie, dont la mission était d’arracher les âmes à l’empire du démon, ne pouvait manquer d’attirer sur elle la rage de l’enfer. Comme le saint Curé d’Ars, elle eut à subir de nombreuses et furieuses attaques.

Deux évêques de Nantes furent favorables à Marie-Julie : Mgr Fournier qui vint la voir à La Fraudais et se rendit à Rome pour défendre sa cause, et Mgr Le Fer de la Motte qui lui aussi la visita. Le Cardinal Pacelli, futur Pie XII, se rendit discrètement à La Fraudais en juillet 1937, lors de sa venue à Paris et à Lisieux. Cependant, Marie-Julie fut persécutée et méprisée par certains membres du clergé local. Marie-Julie s’est éteinte paisiblement le 4 mars 1941, elle avait alors 91 ans.

Œuvre et Mission de Marie-Julie

Le Seigneur n’a pas sauvé le monde par ses miracles mais par ses souffrances. C’est le rôle qu’assumera toute sa vie la sigmatisée de Blain pour la conversion des pécheurs et le salut de la France.

De la mission de Marie-Julie, le Sacré-Coeur dévoilait : « La bienheureuse Marguerite-Marie a été choisie pour publier la gloire de mon Sacré Coeur et toi, tu es choisie pour publier la gloire de ma Croix. » Et encore : « Marguerite-Marie a eu pour mission de révéler au monde les tendresses ineffables de mon Coeur, tu as celle de les donner. » Marie-Julie eut des dialogues avec plus de deux cents saints.

Quelques préditictions réalisées ou d’actualité

Le 26 octobre 1877, elle voit le retour de l’Alsace et de la Lorraine à la France.

Elle prophétise les deux guerres mondiales de 1914 et 1939, cette dernière dès le 16 novembre 1920.

En 1879 elle annonce, entre autre, la guerre d’Algérie : « La terre des Arabes triomphera des pauvres armées françaises. »

Le 17 décembre 1881, la Sainte Vierge lui déclare : « Le temps des crimes est ouvert, beaucoup de mère seront sans coeur pour leurs propres fruits encore innocents » (avortements).

Elle a prédit également des épidémies de maladies inconnues dont les ravages seraient affreux (sida… ).

Le temps des ennemis de la foi est annoncé par la Sainte Vierge : « …Il fallait que ce temps vint pour eux, qu’il y eut un règne infernal sur la Terre avant le règne divin. »

… et pour l’avenir

Le 27 octobre 1875, Notre Seigneur promettait : « De mon Divin Coeur va sortir le triomphe de la France et le salut de la Sainte Église. »

Panier

A propos

L’association « Les Amis de Marie-Julie » a pour but de faire rayonner l’œuvre de Marie-Julie Jahenny par la diffusion de livres, bulletins et objets de piété.

Boutique

c7dec7755bd74f412be178b129ba0a7cVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVVV